Les chercheurs de Mayo Clinic présentent leurs conclusions à la réunion annuelle de l’ASTRO

ROCHESTER, Minnesota — Les médecins de Mayo Clinic ont présenté leurs conclusions à la réunion annuelle de l’American Society for Therapeutic Radiology and Oncology qui se tiendra du 15 au 18 septembre à Chicago.

Les études clefs réalisées par Mayo Clinic incluent :

Une radiothérapie prolongée n’améliore pas le contrôle des tumeurs cérébrales

Une radiothérapie prolongée pour les patients atteints d’un cancer du cerveau n’améliore pas le contrôle des tumeurs cérébrales et pourrait comporter plus d’effets secondaires, c’est ce que révèle la recherche menée par Mayo Clinic qui conclut que la norme de soins devrait être 10 traitements de radiothérapie de la totalité du cerveau. Les normes internationales actuelles relatives à la radiothérapie de la totalité du cerveau préconisent 10 ou 15 traitements.

Selon Daniel Trifiletti, M.D., radio-oncologue à Mayo Clinic et auteur principal de l’étude, les résultats suggèrent que des traitements de radiothérapie prolongés à l’aide d’équipement moderne de rayonnement n’améliorent pas le contrôle des tumeurs et pourraient comporter plus d’effets secondaires. Ces résultats reflètent les tendances observées dans le traitement d’autres cancers, dont le cancer de la prostate et du sein.

La radiothérapie suscite de grandes préoccupations chez les patients amérindiens atteints d’un cancer

Une étude réalisée en collaboration par des chercheurs de la Mayo Clinic en Arizona et du Phoenix Indian Medical Center révèle que la radiothérapie suscite de grandes préoccupations chez les patients amérindiens atteints d’un cancer et que ces inquiétudes ne sont pas dûment prises en compte. Cinquante patients amérindiens ou natifs de l’Alaska traités par radiothérapie au Phoenix Indian Medical Center ont été interrogés pour connaître leurs opinions et préoccupations en ce qui concerne la radiothérapie.

Les patients interrogés ont fait part de leurs préoccupations face aux effets secondaires de la radiothérapie et se sont notamment montrés préoccupés par le coût, le transport vers et depuis le centre de traitement et la comptabilité avec leur assurance.

Samir Patel M.D., radio-oncologue à la Mayo Clinic en Arizona et auteur principal de l’étude, indique que ces résultats nous rappellent que les radio-oncologues doivent tenir soigneusement compte des préoccupations de leurs patients. Les amérindiens ont le pire taux de survie du cancer relevé après cinq ans de tous les groupes ethniques des États-Unis.

« Nous avons cherché, dans cette étude, à mieux comprendre l’opinion des amérindiens à l’égard de la radiothérapie dans l’espoir d’améliorer les interventions pour parvenir à une meilleure acceptation de la radiothérapie » affirme le Dr. Patel.

« Des formations adaptées aux spécificités culturelles et des ajustements aux doses programmées de radiothérapie sont deux stratégies à même d’améliorer l’acceptation parmi les patients amérindiens », rajoute-t-il.

L’ADN des analyses de sang pourrait permettre d’identifier les patients atteints de cancers associés au VPH

Une étude réalisée par Mayo Clinic, et qui sera présentée à la réunion comme la recherche la plus récente en la matière, donne à penser que les tests d’ADN pourraient permettre d’identifier les patients atteints de cancers associés au VPH. Ce test pourrait contribuer au sous-typage du VPH sans nécessiter de biopsie de la tumeur.

Il existe plus de 100 variétés de VPH et une infection par les VPH peut entraîner des excroissances de la peau ou de la membrane muqueuse, telles que des verrues. Certains types d’infection par les VPH peuvent provoquer le cancer. Cette étude portait sur des patients traités à Mayo Clinic pour des cancers de la tête et du cou associés aux VPH et cherchait à déterminer si l’ADN excrété par la tumeur d’un patient était détectable avant et après l’opération.

« Nos résultats ont validé la fiabilité de ce test pour déceler les sous-types de VPH à plus haut risque », indique David Routman M.D., radio-oncologue résident à Mayo Clinic. Le test détectait l’ADN tumoral circulant du VPH chez 93 % des patients avant tout traitement et 43 % après le traitement. Les chercheurs ont conclu que les patients qui avaient un ADN tumoral détectable après l’opération présentaient plus de risques de récidive du cancer.

« Cette analyse de sang pourrait permettre de distinguer les patients atteints de cancers associés aux VPH des autres types de cancer et de procéder au sous-typage du VPH sans nécessiter de biopsie », précise le Dr. Routman.

Daniel Ma, M.D., radio-oncologue à Mayo Clinic, était le chercheur principal de cette étude qui a été menée en collaboration avec des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord.

La PD-L1 contenue dans les cellules cancéreuses contribue à développer la résistance des cellules à la thérapie

La protéine PD-L1 est souvent présente à la surface des cellules cancéreuses et est bien connue pour aider les cellules cancéreuses à s’échapper du système immunitaire en bloquant la fonction anti-tumorale des cellules immunitaires. Les chercheurs de Mayo Clinic ont découvert que la PD-L1 joue un autre rôle dans le cancer.  Ils ont constaté que les cellules cancéreuses utilisent également la PD-L1 pour accroître leur résistance au traitement anti-cancéreux en améliorant leur capacité à réparer les dommages causés à l’ADN par la radiothérapie ou la chimiothérapie. D’après Robert Mutter, M.D., radio-oncologue à Mayo Clinic et co-auteur principal de l’étude conjointement avec Zhenkun Lou, Ph.D. et Haidong Dong, M.D., un anticorps dénommé H1A pourrait être utilisé pour cibler cette fonction de la PD-L1 dans les cancers.

Le H1A a été développé par le Dr. Dong, et M. Xinyi Tu, stagiaire postdoctoral à Mayo Clinic, a constaté que cet anticorps diminue les niveaux de PD-L1 à l’intérieur des cellules cancéreuses, rendant les tumeurs plus sensibles à la radiothérapie et à la chimiothérapie.

« Nos conclusions suggèrent que la PD-L1 à l’intérieur des cellules cancéreuses est une nouvelle cible pour sensibiliser les cellules cancéreuses à la radiothérapie et à la chimiothérapie » déclare le Dr. Mutter. « Le H1A ou d’autres stratégies qui empêchent la PD-L1 de jouer ce rôle récemment découvert à l’intérieur des cellules cancéreuses pourrait être utilisé à l’avenir pour améliorer l’efficacité du traitement anti-cancéreux ».

###

À propos de Mayo Clinic
Mayo Clinic est une organisation à but non lucratif, engagée dans l’innovation dans la pratique, la formation et la recherche cliniques. Elle offre une oreille bienveillante et fournit une expertise et des réponses à tous ceux qui souhaitent guérir. Rendez-vous sur Mayo Clinic News Network pour obtenir d’autres actualités de Mayo Clinic et sur An Inside Look at Mayo Clinic pour en savoir plus sur Mayo.

Contacts média :
Sharon Theimer, Mayo Clinic Public Affairs, 507-284-5005, newsbureau@mayo.edu

Original post https://alertarticles.info

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *